• Marcher, papoter... le résumé

     Dernier épisode de la série sur les maisons forestières de l'Estérel.  

    Les belles abandonnées....

    LES CHARRETIERS

     « Malavalette »et « Les Charretiers », deux maisons forestières abandonnées au cœur du massif mais  qui, malgré l’oubli, le dédain, le vandalisme et les outrages du temps sont toujours debout. 130 ans qu’elles sont là, bien plantées dans le décor, attestant de l’histoire des hommes. La rencontre avec ces deux « Belles Abandonnées » se mérite, éloignées  des grands chemins de promenades habituelles, elles ont été désertées par les familles des agents forestiers  lorsque les équipes ont été réduites, dès les années 1930. Mais il fut un temps où cet éloignement devint  un atout, en 1940, ce temps  de guerre où l’Estérel abritait les 3000 jeunes gens du 15ème groupement du Commissariat de Provence des « Chantiers de la Jeunesse ».  

    En juin 1940, la convention d’armistice coupa la France en deux et la priva de son armée, alors dans l’urgence, en zone libre, un organisme fut créé sous la tutelle du ministère de «  la jeunesse et de la famille »de manière à rassembler et occuper les jeunes gens en âge de faire leur service militaire. Le général De La Porte Du Theil, connu pour ses faits d’armes mais aussi pour son implication auprès de la jeunesse dans leScoutisme, eu l’idée d’instaurer un service obligatoire de 8 mois pour tous les jeunes gens de 20 ans. Ce service, ne s’effectuait pas dans les casernes mais sous forme de camps au cœur des massifs forestiers de la France libre. Au cours des 8 mois pendant lesquels, sport, culture (chant, théâtre, expression corporelle…) et travaux d’intérêt général  alternaient, les jeunes s’imprégnaient d’un esprit de groupe, d’une rigueur disciplinaire et d’amour de la Patrie. Ces « chantiers de la Jeunesse » perdurèrent jusqu’en janvier 1944, date à laquelle les allemands comprenant l’effet pervers de ces camps pour une Nation vaincue, déportèrent le Général en Allemagne et remplacèrent les « chantiers de la Jeunesse » par le STO (en place depuis 1943 pour les classes antérieures).

        Dans l’Estérel pendant ces quatre années les groupements de 3000 jeunes gens  de la régionVar-Vaucluse-Bouches du Rhône se relièrent  tous les 8 mois. Répartis par groupe de 200 individus, sur l’ensemble du massif oriental, d’abord sous des tentes de l’armée ensuite dans des « baraquements en bois » construits par eux-mêmes ils participèrent activement aux travaux forestiers. L’Etat Major était installé à la ferme du Grenouillet, les constructions nécessaires au ravitaillement et à la vie de l’ensemble du groupement se trouvaient essentiellement au col Belle Barbe et au Gratadis. Les maisons  forestières de Malavalette et des Charretiers servaient de points névralgiques pour une meilleure répartition du commandement et des réserves sur l’ensemble du massif. A la Sainte Baume était installée le baraquement pénitencier pour les quelques récalcitrants au système. De cette période l’Estérel à garder quelques traces, en cherchant bien on découvre : des inscriptions ça et là, des restes de maçonneries, ( soubassements des baraques,  escaliers …), des fours à charbon de bois, ces grandes « gamelles » métalliques disséminées dans la végétation , mais surtout les aménagements des chemins, des murs de soutènement, des ponts, des caniveaux, des bassins  que ces jeunes ont construits sous la maitrise des agents des eaux et forêts.  

    Autour de nos deux belles abandonnées il n’y a plus grand-chose qui atteste de cette période si ce n’est, avec un peu d’imagination, sur l’esplanade face aux maisons, la représentation de ces jeunes autour d’un feu de camp, dans la nuit étoilée d’un mois d’aout,  qui essaient de se persuader en chantant ou jouant la comédie, que la guerre n’existe pas, en tout cas pas ici, pas pour eux pourl’instant ! 

    LES CHARRETIERS (2)

     Jeannine

    NDLR : A propos des Maisons forestières, des Charretiers et de Malavalette, un projet a vu le jour, sous l'égide de L'ONF, pour les réhabiliter.    

    Cette charte de protection du Massif de l'Estérel a été soumise à tous les acteurs concernés par ce projet (dont NATURE, PASSIONS) et le projet de réhabilitation, approuvé par les communes concernées,  est en attente... jusqu'aux prochaines élections de mars 2014 !  

     

     

    « FIGANIERESBonnes fêtes et meilleurs voeux 2014 ! »

  • Commentaires

    1
    MALECOT Christian
    Dimanche 22 Décembre 2013 à 12:00
    Je rappelle que la France libre était à Londres et non pas dans l'Esterel et qu'il y avait une alternative, plus risquée, aux chantiers de jeunesse : rejoindre la Résistance.
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :