• MARCHER, PAPOTER... Le résumé

    MARCHER, PAPOTER..... le résumé

     

    C'était donc mardi dernier, une balade sur le site emblématique de Malpasset, un souvenir douloureux pour les Fréjussiens... mais aussi pour tous les Français qui découvrirent ce désastre à la télévision  (clic sur le lien) Rappelez-vous...

    MARCHER, PAPOTER... Le résumé

    La catastrophe de Malpasset aurait-elle eu lieu si le barrage avait été construit selon les intentions mentionnées dans l’avant projet : barrage-poids implanté 200 m en amont du lieu sinistré ?

    Souvenons nous, le 2 décembre 1959 à 21h11 une vague de 40 m de haut déferlait sur la plaine de Fréjus : le barrage voute sur le Reyran venait de céder ! Les experts, les juges, la Cour de cassation  et le conseil d’Etat de conclure en 1971 : « … aucune faute à aucun stade n’a été commise, la catastrophe est placée sous le signe de la fatalité, les causes du sinistre ne pouvant être décelées à l’époque de la construction du barrage… ».

    MARCHER, PAPOTER... Le résumé

    Achevé en octobre 1954, ce beau barrage-voute ne fut pas entièrement opérationnel dans l’immédiat, problèmes d’expropriations non résolus et  manque d’eau pour cause de sécheresse. Les tests de déformation par la poussée des eaux du lac de retenue sur l’ouvrage ne purent donc  être concluants, cependant en février 1957 la réception définitive fut signifiée. En décembre 1959, en revanche, 2 jours de pluie font monter le niveau  de 4 m et lui font atteindre en quelques heures la cote maximale. Sous le barrage l’eau imbibe la roche, en profondeur une faille,  ignorée de tous, inclinée vers l’aval est alors fortement infiltrée, elle joue le rôle de « glissière », rive gauche la « culée » en béton et son ancrage rocheux sont déplacés, le barrage explose côté gauche libérant 50 millions de mètres cube d’eau.

    MARCHER, PAPOTER... Le résumé

    De 1946 à 1949 des études de faisabilité d’un barrage sur le Reyran, commandées par le Ministère de l’Agriculture, ont été effectuées par le Laboratoire de Géologie de l’Université de Marseille. Il est question alors d’un barrage-poids, c'est-à-dire une masse importante de terre et d’enrochement imperméabilisée par du béton, positionné dans la partie la plus étroite de la vallée du Reyran, 80 m en aval du pont sur la Bueme un affluent du Reyran, il profitait de trois verrous rocheux sur le site pour son ancrage. La roche, du Gneiss, est une roche ancienne altérée par le métamorphisme. Le laboratoire conclut à la possibilité d’un barrage à condition d’imperméabiliser le fond du lac de retenue aux abords de l’ouvrage, et de mettre à nue la roche saine celle-ci étant de plus en  plus altérée en surface et vers l’aval.

    MARCHER, PAPOTER... Le résumé

    Mais, quelques années plus tard, le barrage sera construit 200 m plus en aval du lieu des études géologiques, et ce sera un barrage-voute en béton à paroi mince…Pour quelles raisons la première étude a-t-elle été abandonnée ?

    • Difficultés de réalisation, où se mêlent technicité et durée d’exécution ?
    • Effet de mode, où se mêlent influences et esthétique ?
    • Soucis d’économies, où se mêlent budget et intérêts ?

    -         Ambitions politiques, où se mêlent orgueil et rivalités ?

    La question est close et enterrée depuis 1971 ! Enterrée ainsi que les vestiges qui le sont peu à peu dans les limons du torrent, ce Reyran qui, endigué, mal aimé et mal mené par les riverains, espère toujours sa réhabilitation !

    Mais il est un fait que : lieu de pèlerinage, de recueillement ou simple curiosité touristique le site de Malpasset ne laisse personne indifférent !

    Jeannine

     

    NB : ouvrage de référence : Barrage de Malpasset de sa conception…à sa rupture, Vito VALENTI et Alfred BERTINI, édité par la Société d’Histoire de Fréjus et de sa Région, 2005.

     

    « SIGNES, LE LATAYMAZAUGUES - dimanche 24 mai »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Francine
    Mardi 19 Mai 2015 à 19:00

    Cette agréable aprés midi ensoleillée, m'a permis de prendre connaissance de certains détails sur le chantier du barrage que j'ignorais. Encore merci à Jeaninne pour toutes ces explications.

    2
    pierreM
    Mercredi 20 Mai 2015 à 10:47

    Toujours très documentée notre chère Jeannine. Bravo!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :