• Marcher, papoter : le résumé

     

     

     

    Bonjour les amis confinés !

    le compte rendu d'un des derniers MP, avant le prochain qui ne devrait plus tarder, enfin... on espère !

     

     

    Christian Dior, son père et sa sœur Catherine reposent tous trois au cimetière de Callian.

    A Montauroux, la chapelle Saint Barthélemy, au sommet du village, est appelée « chapelle Dior », et il y a une robe Dior,   exposée dans le hall de la Mairie de Montauroux.  Dans la vallée,  au lieu-dit  « Colle Noire »,  il y a le Château Dior..

    Marcher, papoter : le résumé

     Quels évènements ont donc amené la famille Dior à s’ancrer si profondément  dans notre arrière-pays ?

    En fait cette famille normande vint s’installer en 1930 à Callian,  et Christian, amoureux de cette  région, acheta en 1950 le domaine de « Colle Noire ».

    Christian Dior,  né à Granville dans la Manche le 21 janvier 1905 est le deuxième enfant d’une fratrie de cinq. Son père, Alexandre Louis Maurice Dior à la tête d’un grand groupe industriel du Nord spécialisé dans les engrais offrait alors à sa famille une vie aisée. La prime  jeunesse de Christian s’écoula à Granville dans la très belle maison bourgeoise « la villa des Rhumbs ». Très proche de sa mère qui aimait cultiver le jardin,  Christian apprit  avec elle,  à  connaître, admirer  et aimer les fleurs. Puis ce fut Paris, un bel immeuble dans un quartier chic et la maison de Granville devint maison de vacances.

     

    Marcher, papoter : le résumé

    Christian fit donc ses études dans la capitale. Il côtoyait Cocteau, Dali et bien d’autres dans les soirées mouvementées du monde artistique de l’époque. Il s’intéressait à l’art mais intégra Sciences Politiques pour faire plaisir à sa mère, il y resta trois ans et en  sortit sans diplôme.  Il testa alors  le métier de  marchand d’art, sans grand succès d’ailleurs non plus, mais la vie parisienne s’écoulait gentiment pour ce fils de famille fortunée.  Puis ce fut le krach boursier de 1929, qui provoqua  la faillite totale des entreprises paternelles, la vente à perte des propriétés, des immeubles et des œuvres d’art, et alors  le repli de la famille à Callian dans une petite propriété achetée à la hâte « les Naysses ». C’est à ce moment-là que Christian commença à dessiner des costumes pour le théâtre et le cinéma, il fallait  bien subvenir à ses besoins.

    Repéré par de grands couturiers parisiens, pour ses dessins innovants Christian Dior fut engagé comme  modéliste par la maison de couture  Robert Piguet, puis  par la maison du grand couturier de l’époque  Lucien Lelong. Mais ce fut Marcel Boussac, le « roi du coton »,  qui lui fit l’offre de sa vie ! Voyant en lui un génie de la mode, Il lui proposa de financer une maison de haute couture à son nom ; ainsi le 8 octobre 1946  « la Maison Dior »    fut inaugurée au 30 Avenue Montaigne ! Le premier défilé intitulé  ligne « corolle » en 1947 eut un succès immense. Christian Dior  sur les rails de la notoriété, créa alors pour compléter l’habillement de la femme une société de parfums dont le premier fut dédié à sa sœur Catherine sous le nom de « Miss Dior ». Sa sœur Catherine qui, depuis leur installation aux « Naysses », cultivait dans la plaine de Callian des roses de mai pour les parfumeurs de Grasse !

    Ensuite, de « maison Dior de haute couture  » l’entreprise devint « L’Empire Dior » grâce à Christian qui sut la mondialiser avec la vente de sa griffe pour des articles fabriqués industriellement mais complétant parfaitement sa panoplie de la femme élégante.  L’ascension se poursuivit, l’homme se fatiguait beaucoup et c’est à Callian, aux « Naysses » chez son père,  puis à Montauroux, dans sa propriété au château de Colle Noire qu’il venait se ressourcer régulièrement.  C’est à cette propriété de 90 ha, que s’attachait  pour des raisons historiques obscures une chapelle en ruine trônant au sommet du village de Montauroux, la chapelle Saint Barthelemy,  Christian Dior en était donc le propriétaire. Il la fit restaurer et l’offrit en 1954 à la commune avec pour seule condition  la promesse de la maintenir en l’état et d’y célébrer annuellement une messe en sa mémoire lorsqu’il serait disparu. Prémonition ? Il disparut quelques années après cette offre.

    Marcher, papoter : le résumé

    Décédé le 24 octobre 1957 en Italie, son corps fut ramené à Montauroux, une messe eut lieu dans la chapelle saint Barthelemy  et l’inhumation se fit au cimetière de Callian dans le caveau familial.

    Un petit « Père Lachaise » ce cimetière d’ailleurs ! D’autres personnalités connues y ont trouvé le repos éternel ! 

     

    Marcher, papoter : le résumé

     

    « LE VRAC'INFOS de la semaine (bis) !BULLETIN avril »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    mf barbero
    Lundi 23 Mars à 16:36

    tres beau documentaire. bisous

      • Mercredi 25 Mars à 07:33

        yescool

         

    2
    Jeannine
    Mardi 24 Mars à 20:56

    super bien présenté,merci Martine 

      • Mercredi 25 Mars à 07:31

        J'ai beaucoup de temps libre, en ce moment .. biggrinhe

         

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :