• Marcher, papoter : le résumé !

     

    Carolus Duran... Qui connait Carolus Duran ?

    Quelques fréjusiens j’espère ! Au moins ceux qui habitent à Saint Aygulf !

    Carolus Duran est un peintre « académique » qualifié de « peintre mondain », excellent portraitiste qui fut grandement apprécié dans  la « haute société » durant la 3ème république. Sollicité par une SCIE de Saint Aygulf avec quelques autres artistes en vue de l’époque, il  acheta en 1868 un terrain en bordure de mer  et y fit construire une superbe et grande maison. Conquis  par le site il y demeura avec sa famille une bonne partie de sa vie et, recevant  bon nombre de visiteurs de marque,   il contribua  activement au développement du quartier. Il participa  aussi financièrement à la construction  de quelques édifices aux alentours de son domaine dont une  chapelle pour laquelle il peignit deux tableaux.

    Marcher, papoter : le résumé !

    La maison de Carolus Duran, rue Alfred Musset est signalée par un panonceau et ses deux tableaux sont toujours accrochés dans la chapelle dédiée à Saint Aygulf, chapelle incorporée en 1956 à l’église Notre Dame de l’Assomption. La calanque où il aimait aller se baigner a été baptisée « calanque Carolus Duran » ainsi qu’une placette  près du port où il aimait observer les pêcheurs…De plus Carolus Duran repose avec sa femme et son fils dans le caveau familial au cimetière Saint Léonce à Fréjus ! Alors ? Comment se fait-il qu’on ait  oublié qui est Carolus Duran ici ? 

                                                            Marcher, papoter : le résumé !

     

    Pour en savoir plus sur ce peintre, lisez la suite !

    Charles Auguste Emile Durant est né le 4 juillet 1837 à Lille dans une famille modeste. Son père  aubergiste, sa mère couturière et sa jeune sœur, tous  œuvrèrent hardiment pour que Charles, brillant élève doué en matières artistiques,  puisse poursuivre ses études à l’Académie de Lille dans un premier temps, puis à Paris,  à l’Académie Suisse de l’Ile de la Cité où il devint « Carolus Duran » !

    C’est en 1859, à 22 ans, qu’il put accrocher une première toile au « Salon » ! Mais trop empreint de l’académisme de Courbet il chercha une voie plus personnelle. Une bourse d’étude délivrée par sa ville natale lui permit de fréquenter   les académies  de Florence et de Madrid, et ce sont les tableaux de Velasquez qui  l’inspirèrent alors pour trouver son propre style. En 1866 il reçut pour sa seconde  toile accrochée au « Salon » une première médaille d’or.  A 30 ans, le peintre lillois,  Carolus Duran était reconnu par ses pairs et notamment ceux du jury de l’ « Académie des Beaux-Arts »!

    C’est au musée du Louvres en 1868 qu’il rencontra Pauline Charlotte Croizette, pastelliste elle-même, elle devint son épouse cette année-là. De cette union naquirent 3 enfants, deux filles et un garçon. Source d’inspiration pour son époux  Charlotte  posa pour « la Dame au gant » ;  le  tableau qui dévoila au grand public le  talent avéré de l’artiste Carolus Duran pour les portraits. Dès lors, ce dernier  se consacra essentiellement aux portraits de ces contemporains,  et son succès lui permit d’ouvrir en 1881 au boulevard Montparnasse  à Paris un atelier dispensant gratuitement des cours de peinture et de dessin. Il aimait dire à ses élèves : « Aimez la gloire plus que l’argent ! L’art plus que la gloire ! Et la nature plus que l’art ! ».

    Marcher, papoter : le résumé !

    LA DAME AU GANT

    Promu chevalier, puis commandeur de la Légion d’Honneur en 1876, il fut élu membre de l’Académie des Beaux-Arts en 1904 et devint le Directeur de la Villa Médicis à Rome en 1906.

    Musicien talentueux lui-même il fréquentait assidument l’opéra et les concerts, et c’est à Paris qu’il décéda le 18 février 1917, mais l’enterrement eu lieu à …Fréjus !

     

    Marcher, papoter : le résumé !

    « A vos objectifs !A vos objectifs ! »

  • Commentaires

    1
    Ollier
    Samedi 14 Novembre à 13:10
    Merci pour ce resumé qui est tres complet et nous permet de revivre ces bons moments passes ensemble.
      • m.f barbero
        Samedi 14 Novembre à 17:33

        Super  !! vivement que je puisse reprendre !

    2
    Lucie
    Samedi 14 Novembre à 17:54

    ça fait du bien de lire ce résumé , toujours bien fait , comme le Marcher-Papoter lui-même , qui nous remet dans le contexte d'une petite parenthèse de liberté

    Bon Confinement à tous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :